La tête de liste départementale de Yewwi Askan Wi-Wallu Sénégal à Saint-Louis, Abba Mbaye, estime que les résultats engrangés par cette intercontinentale donnée gagnante dans cette circonscription résultent d’une « fusion des intelligences’’.

 

’’Cette victoire est celle de la fusion des intelligences’’, a dit M. Mbaye dans son propos introductif au cours d’une conférence de presse tenue par l’intercoalition Yewwi-Wallu à son siège de la capitale nord du Sénégal.

 

Il faisait référence à l’alliance nouée par les formations composant Yewwi Askan Wi et Wallu Sénégal, autour de figures représentatives de l’opposition au président Macky Sall, avec l’apport de « forces vives de la nation ».

 

Abba Mbaye a dit qu’il était convaincu d’amener les citoyens saint-louisiens à partager le projet pour lequel il a battu campagne.

 

« Nous savions que nous étions capables de les (les populations) convaincre et jamais leur soutien n’a fait défaut. Ce qui s’est passé est la suite logique des élections locales qu’on nous a arrachées » mais cela « ne surprend pas les Saint-Louisiens », a-t-il déclaré.

 

L’intercoalition Yewwi-Wallu « remporte tous les centres de vote et nous pouvons parler de plébiscite », a insisté M. Mbaye, saluant l’apport de l’ancien président Abdoulaye Wade, « venu au bon moment » de France, vendredi, à deux jours du scrutin.

 

Il a aussi relevé au niveau local « le coup de pouce du professeur Mary Teuw Niane », ancien ministre de l’Enseignement supérieur, qui a démissionné de son poste de président de la Société des pétroles du Sénégal (Petrosen), moins d’une semaine avant les élections.

 

Ce dernier avait ainsi posé un acte de rupture avec le camp du pouvoir auquel il appartenait jusque-là, après avoir échoué à briguer la mairie de Saint-Louis lors des élections locales de janvier dernier.

 

« Il y a quelques mois, nous étions ici dans cette salle pour tirer le bilan des élections locales, et je lisais la déception et la tristesse de nos militants. Mais nous avions fait le choix de la dignité. Certains m’avaient reproché cette posture, préférant le choix de la contestation par l’organisation d’une caravane », a rappelé M. Mbaye.

 

Il a dit qu’il était satisfait à l’époque de constater que sa coalition avait réalisé « un score honorable après seulement trois mois d’existence », surtout qu’elle avait remporté « beaucoup de centres » de vote.

 

« En face, l’adversaire avait sous-estimé la force de la coalition, signalant avec condescendance qu’il disposait dans chaque quartier de directeurs généraux pour anéantir toute velléité contestataire », a-t-il relevé.

 

« Finalement, se réjouit-il, aujourd’hui, ces visages sont rayonnants, et je lis la fatigue mais surtout la fierté de nos militants qui ont battu une coalition où se retrouvent de hauts responsables de la République », a-t-il indiqué.

 

Et pourtant, l’intercoalition Yewwi-Wallu devait faire avec « plusieurs écueils » liés notamment au fait qu’elle n’a pas pu faire une précampagne en raison de « problèmes » résultant de l’invalidation de sa liste des titulaires à ces législatives.

 

S’y ajoute que ces élections interviennent « dans un contexte difficile avec la Tabaski qui s’approchait, les examens qui se tenaient et qui voyaient beaucoup de responsables abandonner leurs activités pour aller siéger » dans les jurys d’examen ou corriger les épreuves. Il y a aussi les conséquences de la saison des pluies qui ne facilite pas les déplacements.

 

Au final, il s’est réjoui de la « stratégie du porte-à-porte » adoptée par l’intercoalition, se disant convaincu qu’un bon discours sur le programme proposé par son camp « pouvait faire mouche. Il fallait seulement reconduire la même hargne que lors des locales pour s’en sortir », selon M. Mbaye.

Commenter

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code