C’était presque écrit, après la rupture avec le régime Sall. Aminata Touré a annoncé hier sa candidature à l’élection présidentielle de février 2024. Ancienne ministre de la Justice, Première ministre, Envoyée spéciale du chef de l’Etat, présidente du Conseil économique, social et environnemental (Cese) et tête de liste de Benno lors des dernières Législatives, Aminata Touré veut faire le tour en accédant au sommet de l’Etat. «J’ai eu le privilège de servir mon pays, d’avoir occupé le poste de ministre de la Justice, celui de Premier ministre, j’ai été au Conseil économique, social et environnemental, et au préalable, j’ai eu une carrière de 24 ans au niveau international, j’ai eu à parcourir le pays et je pense bien connaître mon terroir, car j’ai vu ce dont nous disposons et ce qui nous manque en termes de progrès», explique Aminata Toué, invitée de l’émission Grand Jury. Pour elle, elle a capitalisé une somme d’expériences pour prétendre à la magistrature suprême. Avec le mouvement «Mimi 2024», elle entend prendre son envol politique, après avoir rompu avec le Président Sall. Au pouvoir, elle va procéder à la refonte des institutions avec la mise en place d’un régime plus équilibré et moins présidentialiste avec des propositions claires. «Il faudra privilégier le conseil de quartier et renverser la pyramide administrative en donnant confiance au citoyen qui sera plus impliqué dans la gestion des affaires publiques», expose la députée non inscrite. Sans oublier le renforcement de l’industrialisation. «Il n’y aura pas de sortie de crise si on ne s’engage pas vers l’industrialisation, et en faire une option politique première», précise l’ancienne ministre de la Justice, qui prévoit de sillonner le pays pour lui proposer son programme.

Il faut savoir que depuis que le Président Macky Sall a décidé de faire confiance à Amadou Mame Diop pour le Perchoir, Mimi Touré l’a mauvaise. Une situation vécue comme une trahison par Mimi Touré, qui s’est indignée de ce choix. Alors que le président de la Coalition Bby a fait d’elle la tête de liste de son camp pour les Législatives du 31 juillet passé. Elle a sillonné le Sénégal et réussi à avoir plus d’un million 500 mille voix. Seulement, elle ne se retrouve qu’avec 82 députés sur les 165. Une «défaite» qu’elle assimile à une victoire au point de réclamer le Perchoir.

Après cet épisode, elle est entrée en rébellion et dénie au Président Sall, le droit de se présenter en 2024. Poussée à démissionner de son poste de député, Mimi Touré a refusé. Elle est même devenue une véritable opposante au régime de Macky et a déposé une question orale, en compagnie de Guy Marius Sagna, sur les résultats du rapport de la Cour des comptes sur la gestion des fonds Covid-19. Avec cette déclaration de candidature, le divorce avec Macky est définitivement consommé.

Commenter

Please enter your comment!
Please enter your name here