Ousmane Sonko et ses camarades ne comptent plus se battre contre l’Etat décidé à les empêcher d’étaler leur colère sur la place publique

Ils veulent désormais rester chez eux pour faire du bruit avant d’aller aux élections pour mettre en minorité le président Macky Sall à l’Assemblée nationale ».

Yewwi Askan Wi a décidé de renoncer à sa marche après « une demande de Thierno Madani Tall, khalife de la famille omarienne, Babacar Ngom, président directeur général de Sedima, Ababacar Mboup, coordonnateur de Samm Jikko Yi, Mody Guiro, secrétaire général de la CNTS, Mawdo Malick Mbaye et des officiers de l’armée à la retraite ».

Des chefs religieux, imams, dignitaires culturels, banquiers et fonctionnaires internationaux « nous ont saisis pour l’annulation de cette manifestation », justifie Aïda Mbodj, qui compte parmi les leaders de la coalition Yewwi Askan Wi, dans des propos rapportés par Enquête.

« Les élections auront bien lieu le 31 juillet et Macky Sall perdra. Je ne parle pas d’une défaite de 51 ou 52 %, mais d’une défaite spectaculaire », déclare Ousmane Sonko.
Et d’ajouter : « C’est la seule façon de montrer à Macky Sall que ce n’est pas à lui de choisir ses adversaires à des élections, mais aussi l’unique occasion pour les Sénégalais de clore définitivement la question du troisième mandat sans de feu ni effusion de sang, ou mort d’homme»

Commenter

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code