27.5 C
Dakar
mercredi, septembre 22, 2021

Non Monsieur le Président, un enseignant n’a pas besoin d’un  » gendarme  » pour bien faire son métier ! (Par Alioune Badara MBOUP)

Le Président de la république galvanisé par le diplôme de reconnaissance qui lui a été remis à la cérémonie du CONFEMEN a fait une déclaration surprenante à la limite sarcastique :  » Si le formateur n’a plus peur de l’inspection ,il n’y a plus d’éducation » dit il !
Cette déclaration nous renseigne que notre Président ignore le métier d’enseignant !
L’enseignant certes comme tous les professionnels est assujetti à un contrôle conduit par un corps de spécialistes externes à l’établissement mais ce contrôle ne peut pas se substituer à la responsabilité , a la motivation et la conscience professionnelle de l’enseignant .

Monsieur le Président de la république , vous faites erreur en pensant qu’enseigner c’est seulement « faire la classe ».
D’ailleurs vous ne pouvez pas mettre derrière chaque enseignant un inspecteur .
Le rôle de l’enseignant ne se limite pas seulement entre quatre murs et son travail ne peut pas être contrôlé tout le temps par une inspection . L’enseignant a aussi un rôle au niveau de l’école et autour de l’école.
Monsieur le Président ,le contrôle de l’activité enseignante peut également se réaliser dans le cadre d’auto-évaluations. Cette forme de responsabilisation est plus moderne . Elle peut être conçue comme une première étape dans l’évaluation des enseignants et ne pas être accompagnée d’un contrôle externe.

Monsieur le Président ,les enseignants ont plus besoin de motivation que de  »gendarmes  »pour leur faire peur .

Les enseignants sont défavorisés par-rapport au régime indemnitaire de la fonction publique dont ils sont majoritaires en effectif comme vous aimez le rappeler à chaque occasion mais sous-payés par-rapport aux autres corps , et ce salaire a forcément un effet négatif sur leur satisfaction et donc leur motivation. En effet, un bon salaire peut être une source de motivation pour les enseignants, permettant d’attirer les diplômés les plus qualifiés dans la profession et de les retenir longtemps dans le système. En d’autres termes, un salaire bas peut rendre la profession enseignante moins attractive.
Les enseignants courent pendant des années derrière des rappels (intégration -validation- avancement) qui sont surimposés de façon usuraire .
Les lenteurs administratives plombent la carrière des enseignants et leur développement professionnel .
Les passerelles professionnelles acquises de hautes luttes se sont transformées en filtre professionnel.
Monsieur le président ,les gouvernements successifs ont proposé des réformes afin d’améliorer la qualité de l’enseignement. Mais ces réformes sont parfois contre l’intérêt de la qualité de l’enseignement comme le projet zéro redoublement qui laisse des élèves passés sans niveau requis , cependant le gouvernement ne se préoccupe que des chiffres pour satisfaire les bailleurs de fonds.
Monsieur le Président vous parlez du manque de formation des enseignants en oubliant que parmi les plateformes revendicatives des enseignants figurait noir sur blanc cette même formation des enseignants .
Ce qui importe pour motiver les enseignants, pour maîtriser le développement des systèmes éducatifs et la lutte contre l’échec scolaire, ce ne sont pas des jugements de valeur sur les enseignants ou la peur de l’inspection par l’enseignant mais la revalorisation de la fonction de l’enseignant qui constitue un des piliers du système éducatif.

Related Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

21,977FansLike
2,951FollowersFollow
0SubscribersSubscribe
- Advertisement -spot_img

Latest Articles