20 C
Dakar
samedi, avril 17, 2021

Khalifa Sall, nouveau chef de l’opposition ?

ALERTENEWS: Il est devenu subitement très actif sur le terrain politique. Khalifa Sall, l’ancien Maire de Dakar, le leader de Taxawu Senegal, mène des contacts tout azimut avec nombre de leaders politiques comme Ousmane Sonko, Mamadou Diop Decroix, Abdoul Mbaye, etc.

L’homme est au centre ainsi d’une sorte de ‘’ballet politique’’, des concertations étendues dont l’objectif est justement de permettre à l’opposition de s’unir pour faire face au pouvoir.
Une réaction de l’opposition qui est tout à fait normale au regard du contexte. Avec le départ d’Idrissa Seck qui a rejoint la majorité, l’opposition a subi une sorte de traumatisme qui l’a beaucoup affaibli. Sa réaction actuelle et celle de l’émergence d’un instinct de conservation, c’est une démarche de survie.

Elle sait en effet que son salut est justement dans l’unité. Il faut bien que les opposants se retrouvent dans un cadre, élaborent un programme commun de lutte afin d’espérer convaincre la majorité des sénégalais de rallier sa cause.
Et dans cette perspective, elle souffre d’un déficit de leadership. L’un deux plus grands partis de l’opposition, le Rewmi a quitté le navire pour le pouvoir et le Parti démocratique sénégalais (Pds) n’a pas encore défini une ligne de conduite claire même si elle a lancé tout récemment un appel à la formation d’une coalition.

Idy travaille avec Macky et Karim, le leader du Pds est au Qatar. Et comme la nature a horreur du vide, il faut travailler avec les leaders sur place que sont Sonko, Khalifa Sall, Abdoul Mbaye, Therno Bocoum et Thierno Alassane Sall, Pape Diop, etc.
Et dans ce groupe, Khalifa Sall fait partie de ceux qui ont plus de vécu et de crédibilité politique.
En dehors de Pape Diop, il bénéficie d’une expérience et d’une légitimité inégalée.
C’est donc tout naturellement qu’il semble mener les opérations. Il s’érige en catalyseur. Celui qui prend contact et qui discute pour rassembler.

En clair, il est le leader sur qui l’opposition peut compter pour ses batailles futures. Il en a le charisme, l’expérience, le poids politique et la crédibilité.
Son problème, c’est cependant son inéligibilité. Depuis sa condamnation à propos de la gestion de la Caisse d’avance de la Mairie de Dakar, il a perdu ses droits civiques et politiques.
Mais, cela ne l’empêche nullement de mener des activités politiques et surtout de diriger une coalition. Le moment venu, un ou des leaders pourraient en émerger. Mais, l’urgence est, pour cette opposition largement affaiblie, de retrouver ses marques par une unité et un programme d’action commun.

Car, au final, ce sont les Sénégalais qui décident. Or, face à l’importance de l’arsenal communicationnel mis en place par Macky, il est clair qu’il ne plaisante pas du tout.
Et quand il dit qu’il représente 85% de l’électorat sénégalais, il n’est pas difficile de deviner à quelle élection il fait allusion.  
Donc, nous sommes, en clair, dans la dynamique du projet du troisième mandat étant entendu que le Conseil constitutionnel sera difficilement, un arbitre impartial.
Ainsi, la bataille juridique étant perdue d’avance, celle politique s’impose. Y’en a marre l’a compris et entre en action ou déclare le faire. Les politiques ne doivent pas être en laisse.
Khalifa à qui l’on prête des discussions avec le camp du pouvoir, a voulu ainsi, nier de cette manière en montrant son ancrage dans l’opposition.
Mieux, il s’érige en chef, en général prêt à galvaniser les troupes pour faire face au camp du pouvoir dont la coalition ne cesse de s’élargir.
Malheureusement, son attitude va davantage radicaliser Macky à son encontre. En clair, ce ne sera pas demain la veille qu’il obtiendra son amnistie.

Mais, ce n’est pas forcément cela qui est la priorité pour Khalifa.

Assane Samb

Related Articles

Ousmane Sonko sort de son mutisme et dénonce « les multiples violences que subissent les étudiants»

La photo prise hier à l’UCAD à l’heure de la rupture du jeûne a fait réagir le leader de Pastef qui, depuis la fin...

De Ziguinchor où je suis, je viens d’apprendre le décès du doyen des juges Samba Sall.

J'ai rencontré le doyen des juges Samba Sall pour la première fois en 2019 quand il m'envoya à la prison de Rebeuss. Le juge Samba...

Affaire Sonko-Adji Sarr/Les preuves à la table du juge: Le procès aura lieu

La médiation des chefs religieux et l’apaisement qui en a découlé n’y feront rien. En effet, rapporte le quotidien Kritik dans sa livraison de...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

21,806FansLike
2,507FollowersFollow
0SubscribersSubscribe
- Advertisement -

Latest Articles

Ousmane Sonko sort de son mutisme et dénonce « les multiples violences que subissent les étudiants»

La photo prise hier à l’UCAD à l’heure de la rupture du jeûne a fait réagir le leader de Pastef qui, depuis la fin...

De Ziguinchor où je suis, je viens d’apprendre le décès du doyen des juges Samba Sall.

J'ai rencontré le doyen des juges Samba Sall pour la première fois en 2019 quand il m'envoya à la prison de Rebeuss. Le juge Samba...

Affaire Sonko-Adji Sarr/Les preuves à la table du juge: Le procès aura lieu

La médiation des chefs religieux et l’apaisement qui en a découlé n’y feront rien. En effet, rapporte le quotidien Kritik dans sa livraison de...

Samba Sall, la mort et nous… (Par Adama Gaye)

Ses yeux sont définitivement clos depuis hier, comme le seront les nôtres à une échéance inconnue. Le juge Samba Sall, dont la mort est...

Commission d’enquête: Le M2D dit avoir «pris acte»

 Le Mouvement pour la défense de la démocratie (M2D), un regroupement d’acteurs se réclamant de l’opposition et de la société civile, a indiqué avoir...