17 C
Dakar
lundi, janvier 25, 2021

Bamako: Funérailles de la CEDEAO

C’est un mort-vivant qui avance vers sa tombe. En titubant. Une foule hostile, alignée de part et d’autre, est présente rien que pour s’assurer de ce qu’il ne sorte pas de sa route. Pour veiller à son auto-inhumation. Sans fleurs ni couronnes. Ni discours encore moins de larmes.

Par sa délégation qu’elle envoie, à Bamako, ce jour, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sait qu’elle n’est pas attendue avec enthousiasme.

Les mines refermées qui l’accueillent ne traduisent aucune douleur quant à sa mort qui est actée ici. Elles expriment une colère rentrée contre son indignité à oser encore se mêler des affaires d’un peuple et d’une nation qu’elle a trahis pour servir jusqu’à la nausée les intérêts d’un homme honni de tous: Ibrahim Boubacar Keita.

Ses grands maîtres, les chefs d’état de l’organisation, ont eu honte de faire eux-mêmes le déplacement pour sentir ces obsèques, signature de leur assassinat d’une instance qu’ils ont prise en héritage pour ne la transformer qu’en instrument anti-peuple. Ils ne seront pas présents pour ses obsèques maçonniques.

Nombreux sont d’ailleurs, au Mali, ceux qui pensent que leur desertion, acte de trahison à leur image, reflète leur peur d’être jetés dans une fosse commune avec le corps de la CEDEAO.

Ils ne sont pas si fous que ça: la foule veut leur régler leurs comptes, leur rappeler qui est le vrai souverain en ce pays et les mettre sous terre en un lieu où ils pourraient disserter sur leur projet de réinstallation au pouvoir d’un Ibk, perçu ici en tueur de rêves et espoirs.

La dernière conférence des chefs d’états de la CEDEAO est donc le dernier clou sur le cercueil d’une institution ayant dépassé sa durée légale de vie.

Que ce soit un Badluck Johnathan, ex-President du Nigeria, chassé du pouvoir, voici six ans, pour ses crimes financiers et sa faillite politique, qui est charge de conduire sa dépouille vers la terre chaude de Bamako pour discuter des conditions de sa mise sous terre, en dit assez de ce qu’elle n’est plus rien…

La CEDEAO est un échec monumental. Il est donc temps de la réinventer. En commençant par son meurtre sacrificiel pour la faire renaître sous un autre nom. Malgré la puissance de la marque qui la porte, à force d’être connue dans les cercles officiels, un sentiment dévastateur se répand concernant les vœux et besoins de ses principaux clients, les peuples Ouest-africains: ils l’ont vomie !

Souillée par la bande de satrapes corrompus et pouvoiristes qui l’ont pris en otage, plaçant, sous leurs genoux, le cou des aspirations qui justifient son existence, elle doit être extraite des griffes de ses patrons actuels. Ils ne méritent pas de parler en son nom. Ils l’ont transformée en repoussoir.

Ma proposition, qui invite d’autres, est la création d’une nouvelle entité dont le label, le sigle, intègrerait les vrais besoins Ouest-africains. À savoir une nouvelle organisation démocratique, de progrès des peuples, d’intégration régionale, de paix et gestion transparente et souveraine de ses états membres.

Le sigle devrait en être une émanation. La CEDEAO est morte. Vive une autre organisation.

N’insistons pas: comme le Comecon, le Pacte de Varsovie, la SDN, qui furent des organisations régionales ou internationales très connues du siècle dernier avant de mourir du fait de leur déshérence, la CEDEAO n’est plus qu’une coquille morte.

Son enterrement dans le déshonneur était le dernier coup de sabot qu’elle méritait. Les maliens ont eu du plaisir à le lui donner…Amen !

Adama Gaye est ancien directeur de la communication de la CEDEAO.

En bas, le brouteur, Jean-Claude Brou qui n’ose pas interpeller son président ivoirien Ouattara sur son illégitime projet de 3eme mandat et l’ex-président Nigérian, Goodluck Johnathan, chasse du pouvoir pour ses crimes qui est médiateur de la CEDEAO au Mali: honte à perte de vue !

Adama Gaye

Related Articles

Nécrologie: Le journaliste Jean Meïssa Diop n’est plus

ALERTENEWS: C'est une très grosse perte pour la presse sénégalaise. Le journaliste Jean Meïssa Diop, qui a formé plusieurs générations de journalistes à Walf,...

Affaire Boubacar Seye: Les minutes d’une audition

ALERTENEWS: Arrêté le 15 janvier dernier à l’Aibd suite à une opposition émise par la Sr et placé sous mandat de dépôt le 19...

Covid-19/Sénégal: 250 nouveaux cas, 08 décès

ALERTENEWS: Les contaminations liées à la maladie du coronavirus ne baissent pas. Ce samedi, 250 nouvelles contaminations ont été enregistrées sur un échantillon de...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

21,415FansLike
2,507FollowersFollow
0SubscribersSubscribe
- Advertisement -

Latest Articles

Nécrologie: Le journaliste Jean Meïssa Diop n’est plus

ALERTENEWS: C'est une très grosse perte pour la presse sénégalaise. Le journaliste Jean Meïssa Diop, qui a formé plusieurs générations de journalistes à Walf,...

Affaire Boubacar Seye: Les minutes d’une audition

ALERTENEWS: Arrêté le 15 janvier dernier à l’Aibd suite à une opposition émise par la Sr et placé sous mandat de dépôt le 19...

Covid-19/Sénégal: 250 nouveaux cas, 08 décès

ALERTENEWS: Les contaminations liées à la maladie du coronavirus ne baissent pas. Ce samedi, 250 nouvelles contaminations ont été enregistrées sur un échantillon de...

Les services de santé sous pression avec les cas graves

ALERTENEWS: L’association des médecins urgentistes met en garde face à l’augmentation des cas graves et des décès, et indique que le virus « se...

Pèlerinage en Arabie Saoudite: Il faut s’y préparer malgré le Covid-19, selon Aissata Tall Sall

ALERTENEWS: La ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Aïssata Tall Sall, a souligné vendredi la nécessité pour le Sénégal de préparer...