20 C
Dakar
samedi, avril 17, 2021

Adama Gaye: «Le vaccin et…moi»

ALERTENEWS: «Quiconque avait des doutes sur la criminalisation de l’Etat Sénégalais n’a plus, pour s’en convaincre, qu’à constater son ombre lugubre derrière le coup fourré de ses opérateurs (privés ou publics) qui ont manigancé un post publié sur les réseaux sociaux annonçant la vente d’un médicament contre la pandémie du Covid19. Tout y est frauduleux. De la référence au lieu d’acquisition du vaccin (chez Serigne-bi, un haut lieu du mouridisme), au numéro de téléphone (le mien !) fourni pour entrer en contact avec le vendeur, jusqu’au nom du village du commerçant (un célèbre village mouride, dénommé Missira). Beaucoup ont vite fait d’y voir un complot pour «salir» non seulement la réputation des lieux et personnes impliqués injustement, illégalement, mais, plus généralement, projeter une image sulfureuse du mouridisme. Vou avez dit complot ? Sans doute. Un autre acte d’un Etat bandit en manque d’idées, grippé par sa faillite et réduite à de tels expédients contre les forces qu’il ne maîtrise pas. Qu’on ne me dise surtout pas que le projet peut avoir été conçu par un individu ou un groupe isolé. Ce serait pire, la preuve d’un Etat absent en ces heures ou la lutte contre la cybercriminalité figure en première ligne dans l’agenda de tous les Etats qui se respectent.
Ce que révèle cet épisode, qui n’est venu à mon attention qu’à travers l’alerte d’un contact de l’internet, c’est que, sous la décadence accélérée du régime de Macky Sall, plus aucune limite n’est mise dans sa course irréfléchie mais effrénée afin de sauver sa peau. Les méthodes criminelles sont, depuis, devenues ses principaux leviers dans son vain espoir de renverser une vapeur qui tourne au vinaigre.
L’utilisation de l’arme virtuelle à des fins mafieuses, non comme accélératrice du développement, ou plutôt son sauvetage, est sa dernière carte.
En tentant d’utiliser mon numéro de téléphone pour me «mouiller» dans une affaire hautement criminelle, puisqu’il s’agit de promouvoir la vente d’un vaccin non homologué et sujet à controverses, le pouvoir gérant d’un Etat-bandit, qui a réduit à néant les chances de survie du Sénégal, n’a réussi qu’une chose : me gêner par les appels incessants que je suis contraint de décliner. Il m’a toutefois conforté dans le sentiment que j’avais déjà perçu quand ses interrogateurs «Staliniens» voire «Nazis» avaient tenté, voici un an, de me faire valider des propos qu’ils avaient fabriqués lors de ma capture illégitime, le 29 Juillet 2019. Ce jour-là, j’avais été ahuri de voir un minable inspecteur de police chargé de m’interroger s’évertuer à masquer des propos qui m’avaient été imputés en sachant parfaitement qu’il était question de propos montés de toutes pièces, comme les pires dictatures en ont l’habitude, tout en n’ayant pas le courage de brandir mes propres écrits plus incriminants envers ses maîtres.
Rebelote. Puisque d’une certaine manière, en détournant mon numéro de téléphone, l’Etat du Sénégal confirme qu’il est un Etat criminel, ne lésinant sur rien pour violer le droit, user des pires voies afin de piétiner les prérogatives des citoyens qui lui résistent, se livrer à toutes les criminalités possibles pour espérer faire oublier sa faillite générale et définitive.
Qu’on ne me dise pas qu’un quelconque lampiste est derrière ce coup de torchon. Le coupable est Macky Sall. La bande qu’il a réunie autour de sa personne lui ressemble : dans le désarroi, ils avancent désormais sans se soucier d’être nus, exposés, identifiés par un peuple et par leurs cibles, comme des bandits de grand chemin, voués, heureusement, à une fin imminente, fatale.
C’est grave, terrible, qu’en lieu et place d’un débat sérieux et approfondi sur la problématique du vaccin pour combattre la pandémie, quand d’autres Etats, plus capables, ont déjà commencé à le déployer, le Sénégal, lui, se trouve dans les ténèbres des comploteurs, nichés au cœur de son Etat-malade, moribond, miné par les escroqueries en tous genres, aussi bien politiques que financières, morales, et qui n’ont même pas honte de se servir d’un remède pour accentuer, non vaincre, le mal qui plombe son présent et hypothèque son avenir.
Avant la lettre, ce vaccin est chez nous celui de la magouille politicienne. Quel mauvais départ !»

Adama Gaye*, réfugié politique au Caire et opposant au régime de Macky Sall est auteur d’un Otage d’Etat, Editions l’Harmattan, Paris. Mais

Related Articles

Ousmane Sonko sort de son mutisme et dénonce « les multiples violences que subissent les étudiants»

La photo prise hier à l’UCAD à l’heure de la rupture du jeûne a fait réagir le leader de Pastef qui, depuis la fin...

De Ziguinchor où je suis, je viens d’apprendre le décès du doyen des juges Samba Sall.

J'ai rencontré le doyen des juges Samba Sall pour la première fois en 2019 quand il m'envoya à la prison de Rebeuss. Le juge Samba...

Affaire Sonko-Adji Sarr/Les preuves à la table du juge: Le procès aura lieu

La médiation des chefs religieux et l’apaisement qui en a découlé n’y feront rien. En effet, rapporte le quotidien Kritik dans sa livraison de...

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

21,806FansLike
2,507FollowersFollow
0SubscribersSubscribe
- Advertisement -

Latest Articles

Ousmane Sonko sort de son mutisme et dénonce « les multiples violences que subissent les étudiants»

La photo prise hier à l’UCAD à l’heure de la rupture du jeûne a fait réagir le leader de Pastef qui, depuis la fin...

De Ziguinchor où je suis, je viens d’apprendre le décès du doyen des juges Samba Sall.

J'ai rencontré le doyen des juges Samba Sall pour la première fois en 2019 quand il m'envoya à la prison de Rebeuss. Le juge Samba...

Affaire Sonko-Adji Sarr/Les preuves à la table du juge: Le procès aura lieu

La médiation des chefs religieux et l’apaisement qui en a découlé n’y feront rien. En effet, rapporte le quotidien Kritik dans sa livraison de...

Samba Sall, la mort et nous… (Par Adama Gaye)

Ses yeux sont définitivement clos depuis hier, comme le seront les nôtres à une échéance inconnue. Le juge Samba Sall, dont la mort est...

Commission d’enquête: Le M2D dit avoir «pris acte»

 Le Mouvement pour la défense de la démocratie (M2D), un regroupement d’acteurs se réclamant de l’opposition et de la société civile, a indiqué avoir...